Accouchement césarienne

Sens de la naissance

Deuxième partie (2/2) 

Nous poursuivons notre rubrique sur la naissance en nous intéressant ce mois-ci à la façon dont nos enfants sont venus au monde. 

En Bioanalogie, même si les circonstances sont similaires, la lecture sera différente suivant que l’on considère notre propre naissance ou celle de notre enfant. 

En effet, suivant la loi du Principe, notre enfant représente notre création et se relie à la façon dont nous devons nous y prendre pour nous installer dans la réalisation de notre vie.

Donc la naissance de nos enfants parle bien sûr – aussi – de nous…

Naissance par césarienne 

Depuis une vingtaine d’années, dans la majorité des pays industriels, le taux de naissance par césarienne augmente significativement. On peut attribuer cela au fait que la technique opératoire est désormais parfaitement maitrisée, mais cela a, selon moi, une autre signification.

Le vécu : 

  • Un enfant qui naît par césarienne ne subit pas la contrainte du passage étroit constitué par le système osseux du bassin.
  • Bien souvent, la mère éprouve le regret que de ne pas avoir pu faire naître son enfant de façon traditionnelle, par les voies naturelles.

Bioanalogiquement, le sens proposé, suivant la Loi du Principe est : ma créativité se révèle lorsqu’ elle n’est pas dans la voie traditionnelle et que je n’installe ni contrainte, ni obligation dans ma vie.

Et indéniablement, dans ce monde moderne, nous sommes nombreux, à nous installer dans des contraintes et des obligations, dans tous les domaines ! 

 

Naissance avec le cordon autour du cou

Un bébé naissant avec le cordon ombilical autour du cou impose des manœuvres délicates à la sage-femme afin de le dégager le plus rapidement possible parce que chaque action d’expulsion de la mère met la vie de l’enfant en jeu.

Pour la mère, cela inscrit que si elle fait des efforts pour mettre son bébé au monde, il meurt.

Suivant la Loi du Principe, le sens est donc : ma créativité se révèle, lorsque j’arrête toutes actions et laisse les choses se défaire hors de moi. (par l’extérieur)

 

Naissance avec ventouse ou forceps

Lorsque l’accouchement nécessite une extraction du bébé en urgence ou lorsque l’action maternelle est insuffisante, on utilise soit une ventouse soit des forceps pour accélérer le processus afin de soulager la souffrance fœtale.

Pour la mère cela signifie que son enfant naît avec l’aide d’instruments extérieurs. 

Suivant la Loi du Principe, le sens proposé ici est : ma créativité se révèle lorsque je m’ouvre et accueille l’aide de l’extérieur. (Je sors de l’idée que tout dépend de moi.)

 

Bébé en postérieur

Habituellement, le processus de l’accouchement commence par une descente du fœtus, avec un mouvement de rotation intra-pelvienne de la tête, ce qui fait que le sommet du crâne du bébé se présente en premier. Mais il arrive parfois que le bébé ait le dos à droite pendant la gestation et – le mouvement étant inversé lors de la rotation – qu’il naisse en postérieur, c’est-à-dire la face orientée vers sa mère qui peut voir le bébé de face, au moment de la naissance.

En traduction analogique, l’orientation de la création (regard du bébé) est le concret (la mère).

Suivant la Loi du Principe, le sens proposé est : ma créativité se révèle lorsque je m’oriente vers ma réalité matérielle, concrète et tangible.

En d’autres termes, il est ici proposé de sortir d’un idéal ou d’une orientation qui n’est pas la sienne et de voir les choses telles qu’elles sont, en vivant dans son présent (et non celui des autres).

 

Naissance par le siège

On l’a dit, à autour de la 34ème semaine de la gestation, le bébé se retourne de façon à se présenter la tête en premier. 

Mais il arrive que ce retournement n’ait pas lieu ce qui implique alors que l’enfant naisse les fesses en premier, autrement dit par le siège. Comme s’il était installé depuis le début, assis sur un siège ou un trône. 

Suivant la Loi du Principe, le sens proposé : ma créativité se révèle lorsque je comprends que, dans ma vie, tout est déjà là, prêt, en place. 

  • Lors d’un entretien, j’ai reçu un futur père craignant un accouchement par le siège parce que le retournement de son enfant n’avait pas lieu dans les délais habituels.

 Nous parlons du Principe de ce cas de figure et il m’explique que, travaillant dans le bâtiment pour le compte d’un employeur, il songeait depuis plusieurs mois à de se mettre à son compte, mais hésitait, par peur du retournement que cela impliquait dans sa vie. 

En grande résonance avec ce qu’il a entendu ce jour-là, l’homme a décidé de cesser de douter et d’oser créer sa propre entreprise. Quelques jours plus tard, sa femme a mis au monde un superbe bébé qui, la veille, s’était installé dans la position habituelle et, en quelques mois, l’entreprise créée a tourné sans difficultés.

Encore une fois, nous constatons que tout ce qui nous touche a un sens et que tout ce qui nous arrive est au service de notre évolution, en conscience. 

Jean-Philippe Brébion

 

Régulièrement Jean-Philippe Brébion anime avec Sylvie Guilbault fondatrice de Douce-Naissance une journée de la Loi du Principe sur le sens des malaises et mal-être  de grossesse. Lorsque ces journées sont fixées, les dates se trouvent sur son site  www.douce-naissance.com –  cours de préparation à l’accouchement par la sophrologie –  (cours libres d’accès  en ligne par contribution volontaire).

 

La chronique de la Loi du Principe

L’art de lire les signes de la vie par Jean-Philippe Brébion

Paru dans Néosanté, Décembre 2012, numéro 18

Autres articles : 

Pour en savoir plus

Vous désirez en savoir plus sur les livres de Jean-Philippe Brébion, les séminaires, l’École de Bioanalogie, les bioanalogistes, …  Cliquez sur l’onglet « Accueil » en haut de cette page. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *