L’arthrose : une invitation à la cohérence

Lors d’une conférence ayant pour thème l’arthrose sur notre plateforme internet, j’ai pu constater à quel point cela intéressait un grand nombre de personnes.

Cette pathologie très répandue parle en effet d’un questionnement de l’humain qui nous concerne tous, individuellement.

Médicalement parlant, l’arthrose est une dégénérescence du cartilage des articulations. On considère généralement qu’elle résulte de contraintes physiques sur les cartilages et est due le plus souvent à des causes telles que l’usure de l’âge, le (sur-)poids, les activités traumatisantes pour les articulations, et pour les femmes, à la ménopause. Il existerait également un phénomène d’hérédité – « terrain familial » – prédisposant à cette affection.
Ainsi, de génération en génération, on se résigne à « avoir de l’arthrose » parce que « c’est comme ça et qu’on ne peut rien y faire. »

  • L’arthrose ou l’incongruence articulaire

Au niveau des articulations, les surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage, un tissu conjonctif très tendre – à tel point qu’il se raye à l’ongle – et dont l’épaisseur est proportionnelle aux contraintes qu’il subit. Il n’est pas véritablement vascularisé : c’est le liquide synovial qui le nourrit en produisant des nutriments passant à travers lui. Ce liquide permet ainsi le glissement, et favorise l’articulé en donnant de la fluidité au mouvement.

On dit que les articulations sont congruentes, c’est-à-dire parfaitement adaptées l’une à l’autre. Si nous n’avons ni stress ni tensions, nos surfaces articulaires glissent l’une sur l’autre, dans une totale concordance. Mais lorsque nous vivons un stress, nous sommes en tension, et cette tension se répercute de façon anormale au niveau musculaire, ce qui crée des déséquilibres dans l’articulé. Il en résulte une perte de congruence articulaire.

Pour comprendre ce processus, il suffit de s’imaginer debout sur du sable avec les deux pieds marquant une empreinte d’égale profondeur des deux côtés. Si ensuite on bascule tout son poids sur un seul pied, celui-ci s’enfonce et son empreinte est davantage marquée. C’est ce qui se passe avec les surfaces articulaires, lorsque le système musculaire est déséquilibré par tension : la répartition des pressions est perturbée.

C’est cet écrasement par hyperpression entrainant des perturbations nutritionnelles du cartilage qui semble être à l’origine de sa dégénérescence.

On peut donc dire que l’arthrose traduit une incongruence articulaire.

 

  • De l’incongruence à la cohérence

Nous pouvons être conscients de certaines tensions de notre corps lorsque nous sommes dans une situation de stress aigu mais ponctuel. Mais au quotidien, il n’est pas toujours facile d’être conscients en permanence de certains manques de cohérence avec nous-même. Or, notre inconscient exprime à chaque fois ces tensions profondes, existentielles entrainant ainsi le déséquilibre musculaire qui provoque la dégénérescence mécanique du cartilage par compression.

Autrement dit, lorsque nous voulons un autre constat que celui qui est, et que nous nous mettons dans une attente, une contrainte ou une intention, nous vivons des situations créatrices de ce déséquilibre articulaire.

 

  • L’arthrose nous enseigne

Biologiquement, l’arthrose se traduit par un mouvement qui s’articule moins bien, de façon moins fluide, voire impossible.

C’est exactement ce que nous avons à vivre en conscience !

 

En effet, l’arthrose nous invite à cesser de vouloir modifier l’extérieur – pour l’arranger –, en nous laissant conduire par la fluidité de la vie.

Il s’agit donc d’une invitation à retrouver la cohérence et la fluidité en nous-même, en cessant de vivre une cohérence qui n’est pas la nôtre.

Nous connaissons tous des personnes vieillissantes présentant une arthrose importante, avec des déformations au niveau des mains. Dans la lecture bioanalogique du corps, les mains représentent ce qui nous laisse en paix dans la concrétisation des actes posés, dans la réalisation de notre vie relationnelle.

On peut donc lire cette atteinte comme une invitation à accueillir avec bienveillance les actes que l’on a posés, en cessant de vouloir leur donner une apparence différente.

Quant au caractère héréditaire de l’arthrose, il s’explique par le fait que les membres d’une même famille se transmettent leurs problématiques émotionnelles et donc leurs tensions. On retrouve donc les mêmes pathologies de génération en génération.

 

En résumé, l’arthrose nous invite à prendre la responsabilité de notre vie, en vivant la cohérence avec nous-même, dans la Présence1, sans l’intention de vouloir vivre une autre histoire que celle que nous avons.

 

 

1 Au cours du séminaire intitulé « Présence dans la Rencontre », je propose cette expérimentation d’être dans la relation avec l’extérieur sans attente, sans obligation de résultat et sans intention. C’est toujours source de beaucoup de découvertes pour les personnes qui y participent dans le sens où elles réalisent qu’elles entretiennent qu’en permanence, inconsciemment, des tensions musculaires tournées vers l’extérieur.

 

La chronique de la Loi du Principe

L’art de lire les signes de la vie par Jean-Philippe Brébion

Paru dans Néosanté, février 2017, numéro 64

Autres articles : 

Pour en savoir plus

Vous désirez en savoir plus sur les livres de Jean-Philippe Brébion, les séminaires, l’École de Bioanalogie, les bioanalogistes, …  Cliquez sur l’onglet « Accueil » en haut de cette page. 

4 réflexions sur “L’arthrose : une invitation à la cohérence

  1. J’ai lu avec beaucoup d’attention ce merveilleux texte concernant l’Arthrose et cela me touche vraiment. Il y a un bon moment que je souhaitais en apprendre davantage, je suis comblée par tout ce contenu.

    Je vous remercie infiniment pour ce partage, rempli de précieuses informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *