Décodage biologique des maladies

Pour la Bioanalogie, la maladie exprime exactement ce que nous avons à mettre en conscience et non l’inverse que l’on retrouve dans le décodage biologique des maladies.  Ce qui donne une lecture totalement différente sur le sens de la maladie. 

2e partie du texte paru dans Néosanté

Propos recueillis par Christine Loiseau

Expression biologique et Voie de guérison /Talent créatif 

Avant d’aller plus loin, notons que dans une pathologie la problématique psychologique est le transposé inverse de la manifestation biologique.

Prenons par exemple le cas d’une femme ayant une hypertrophie de la glande mammaire (mastose, tumeur ou autre) : sa problématique psychologique est je n’ai pas pu ou je ne nourris pas suffisamment mon enfant (ou le mari qu’elle materne, l’association qu’elle considère comme sa création, tout ce qui peut être de la même tonalité du point de vue de l’inconscient biologique). Si elle ne trouve pas de solution consciente, son cerveau inconscient informe la glande mammaire afin de générer une hypertrophie des cellules dans le but d’augmenter sa capacité à être nourrissante. 

Problématique psychologique:

« je n’arrive pas à nourrir suffisamment – quantitatif- – mon enfant (ou tout ce qui représente ma création). 

Expression biologique : hypertrophie de la glande mammaire 

Nous l’avons vu, la mise en conscience de ce qu’exprime la biologie à travers une pathologie lorsque nous ne savons pas le vivre consciemment est ce qu’il nous appartient de révéler. C’est ce je nomme la Voie de Guérison  qui nous indique le Talent créatif dont nous disposons mais qui n’est pas encore exprimé. Ici, la véritable mise à conscience réside dans la compréhension du fait que ce n’est pas ce que je fais qui est nourrissant pour les autres, mais ce que je suis. 

Ainsi la biologie est le transposé exact du Talent créatif.

Dans ce cas la Voie de guérison/ Talent créatif est donc : Ce que je suis est nourrissant. C’est mon authenticité qui est nourrissante. 

En effet, le meilleur amour que nous pouvons donner à ceux que nous aimons est d’être dans le respect de notre authenticité, de notre vérité. : ce sont elles qui sont nourrissantes et non ce que nous faisons. 

Nous ne sommes pas en vie par ce que nous faisons mais par ce que nous sommes : uniques et incomparables. Seule la conscience peut nous aider à changer cette tendance à l’identification et nous permettre d’évoluer afin d’accéder à l’unique que nous sommes.

Un autre exemple avec une rupture ou distension ligamentaire :

Elle a pour effet de donner de l’ampleur à l’articulé. 

C’est exactement ce que j’ai à faire consciemment dans ma vie à ce moment-là : donner de l’ampleur à l’articulé, à l’action c’est-à-dire que j’ai à voir plus grand dans ma vie, prendre des risques, sortir de mon train- train quotidien.

  • Problématique psychologique : l’action dans ma vie est « étriquée », trop routinière, ou limitée.
  • Expression biologique : rupture ou distension ligamentaire qui enlève les limites de l’articulé, représenté du mouvement.

La Voie de guérison (à l’identique de la biologie) / Talent créatif est ici : je donne de l’ampleur à mes actions, ce qui signifie je prends le risque de sortir de mes habitudes pour agir ; ce que je suis n’est pas limité dans son action.

Reconnaître la maladie comme l’expression de notre Etre – comme Talent créatif à révéler- nous permet de réaliser qu’une pathologie n’est pas une « punition » de quoi que ce soit puisque la biologie exprime exactement ce que nous avons à mettre en conscience : nous vivons en biologie -dans la souffrance- exactement ce que nous avons à vivre ! Simplement il vaut mieux le vivre en conscience… 

En résumé, l’expression biologique physique est l’expression d’un Principe que nous ne savons pas vivre dans le subtil, donc l’expression de la créativité de l’Etre que nous sommes et est en cela notre Voie de guérison. 

Voyons maintenant comment lire nos pathologies en ce sens à partir de quelques exemples : 

 

Jean-Philippe a écrit un texte sur « La maladie comme voie de guérison »

texte paru dans Néosanté

Pages précédentes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *