La loi du Principe et le nouveau paradigme

Le Nouveau Paradigme

Dans un article précédent1, j’évoquais le fait que notre conscience évolue. Il me semble qu’il serait intéressant de développer cette affirmation en l’étayant par des observations concrètes.

Nos notions de temps et d’espace

Avec l’évolution de la technologie et les découvertes scientifiques nos notions d’espace et de temps sont en bouleversement permanent.

Autrefois, la vitesse des diligences ne dépassait pas celle d’un piéton ou celle d’un cheval au pas.

Les astronomes ont calculé que la distance de la terre à la lune était un peu moins de 10 fois la circonférence de la terre. Alors que celle-ci était considérée comme « indécrochable », après moins de 100 heures de parcours, un homme –Neil Armstrong– a fini par y poser le pied le 21 juillet 1969.

En 1983, le BIPM2 a évalué la vitesse de la lumière dans le vide à 299 792 458 m/s, soit plus d’un milliard de kilomètres à l’heure.

En 2011, grâce aux télescopes géants, les limites de notre univers ont été encore repoussées. Par exemple avec la découverte d’une galaxie à 13,1 milliards d’années-lumière, dont l’explosion aurait libéré une énergie supérieure à celle de mille milliards de soleils.

Tout cela est vertigineux et dépasse largement notre entendement !

L’univers

Après un univers à « trois dimensions absolues, plus le temps » annoncé par Newton, Einstein nous a proposé un « continuum espace-temps » se modifiant en permanence. Avec John Schwarz, père de la théorie des cordes, nous sommes entrés dans un univers à 11 dimensions.

 

Enfin, les découvertes de l’intrication quantique3 et de la non localité4 ont rendu obsolètes les notions de temps et d’espace telles qu’inscrites dans la mémoire de l’humanité.

Vivant ainsi un changement total de paradigme, la conscience que nous avons de notre univers ne peut qu’évoluer en ce sens.

Le nouveau paradigme

Ce nouvel Univers ne laisse pas de place au principe de causalité, ni à aucune notion d’espace « que l’on pourrait parcourir ».

Il ne s’inscrit pas dans la dualité.

L’univers est Un, sans espace ni temps, sans intérieur ni extérieur.

Ce nouveau paradigme n’est accessible ni par la pensée, ni par le mental, ni par l’intelligence (Comme l’a déclaré Richard Feynman, Prix Nobel de physique de l’année 19655: « Je crois pouvoir affirmer que personne ne comprend vraiment la physique quantique ».)

La Bioanalogie se situe dans ce nouveau paradigme

Dans mon livre, L’Evidence6 j’ai largement développé la notion de « trois plans, ni reliés, ni séparés et appartenant à une seule et même réalité ». Par exemple, le mot Père implique nécessairement Mère et Enfant, comme positif est interdépendant de négatif et neutre. De même, l’intérieur n’a aucune réalité propre sans une limite et l’extérieur, et le haut « n’existe » que dans la présence dans le même temps et le même espace du milieu et du bas.

Et même lorsqu’une action humaine paraît incohérente, elle est toujours reliée au fait de se situer et à un constat.

Ces trois plans sont présents à chaque instant de notre vie et vouloir les différencier ne tient qu’aux limites de notre mental.

Seul le Un existe. Le reste est illusion.

Tant que nous cherchons une cause, une origine, nous sommes dans la dualité, hors de toute cohérence avec nous-même et donc nous restons dans le conflit.

C’est la raison pour laquelle nous sommes dans une impasse : celle de vouloir trouver l’origine d’un monde qui n’a ni début ni fin !

Le Principe est la cause première

Seule la « cause première7 » de « l’origine » de notre univers, le Big-Bang, peut nous intéresser.

Il s’agit en effet de la première Loi de notre univers, la Cause de toutes les causes. C’est l’expression du Principe en trois plans : la rencontre entre le temps et l’espace.

J’ai nommé ce Principe l’Inconscient universel8.

 

Il est ni énergie, ni matière et les deux tout à la fois. Il est hors dualité, hors expérimentation, et accessible à la conscience exclusivement par l’intégration.

En ce sens, il est quantique : il est l’Unique, la Conscience intégrée.

Ce Principe se déploie à travers toute inscription spatio-temporelle, dans toutes les formes de l’univers et ce, de façon analogique, holographique9 et fractale10.

A mon sens, l’intégration de l’esprit analogique Universel est une découverte essentielle pour l’évolution de la conscience humaine.

Le Professeur Ervin Laszlo est, à mes yeux, le scientifique qui a le plus œuvré pour permettre l’accès à ce changement de paradigme. Par exemple, lorsqu’il énonce : « … il est tout à fait raisonnable de croire que cet univers n’est pas tout ce qui existe. Il y a également un méta-univers qui est le fondement premier, la matrice quasi permanente et peut-être infinie de l’univers que nous observons et habitons11».

C’est pourquoi je suis particulièrement heureux que cet éminent Professeur nous fasse l’honneur de participer au deuxième Congrès de Bioanalogie, qui aura lieu le 19 et 20 Novembre 2016 à Bordeaux.

 

Dans le prochain article, je développerai en quoi cette prise de conscience implique un changement radical dans notre vie quotidienne.

 

1Cf. Article Néosanté N° 45 Mail 2015.

2Bureau International des Poids et Mesures

3Deux éléments physiques se retrouvant dans un état quantique ne font qu’un, bien qu’ils soient séparés.

4Les corrélations entre deux systèmes physiques sont qualifiées de « non-locales » si elles existent malgré l’impossibilité de les expliquer.

5La Nature des lois Physiques, Ed. Robert Laffont, 1970. 

62011, Editions du Dauphin Blanc

7Il peut sembler incohérent de parler de cause première alors que nous parlons d’un monde qui n’a ni début ni fin, mais le vocabulaire du nouveau paradigme n’est pas encore là et il nous faut utiliser de vieux mots … avec un nouveau sens !

8Cf. Article Néosanté N° 44 Avril 2015.

9Chaque partie de l’hologramme contient la totalité des informations.

10Un objet fractal a une structure invariante lorsqu’il change d’échelle, c’est-à-dire qu’en zoomant sur une partie de l’objet, on peut retrouver tout l’objet ; on dit qu’elle est auto similaire.

11Science et champ akashique tome 2, page 84, Editions Ariane (2008)

 

La chronique de la Loi du Principe

L’art de lire les signes de la vie par Jean-Philippe Brébion

Paru dans Néosanté, octobre 2016, numéro 60

Autres articles : 

Pour en savoir plus

Vous désirez en savoir plus sur les livres de Jean-Philippe Brébion, les séminaires, l’École de Bioanalogie, les bioanalogistes, …  Cliquez sur l’onglet « Accueil » en haut de cette page. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *