Le Principe de l’homosexualité

De l’homosexualité à la Conscience

Une violente répression envers les homosexuels a lieu actuellement en Tchétchénie ce qui m’a incité à développer ce sujet. 

L’homosexualité a toujours existé mais, selon les cultures et les époques, elle a été plus ou moins tolérée. 

Depuis quelques temps, grâce à la prise de conscience d’un certain nombre d’hommes et de femmes suite aux différents mouvements – tels que LGBT- dans la plupart des pays, l’orientation sexuelle est devenue une liberté fondamentale de chacun. Certains pays autorisent même leurs ressortissants à inscrire un « X » dans la case « sexe » du passeport ou à apposer sur leurs papiers d’identité la mention « sexe neutre ».

Après réflexion, il me semble que l’on peut relier cela à un autre évènement, apparemment anodin mais qui analogiquement a le même Principe. Je parle du fait qu’un grand groupe de vêtements suédois s’est félicité récemment d’avoir une nouvelle collection « éco-responsable et unisexe ».

Le fait que l’homosexualité soit ainsi de mieux en mieux intégrée dans la plupart des sociétés ou que la non différenciation des sexes soit plus en plus courante n’est pas un épiphénomène, c’est au contraire à mon sens très représentatif de notre époque. Nous vivons un changement d’ère avec un nouveau paradigme.

En effet, l’humanité a connu jusqu’ici une ère de la dualité basée sur le rapport de cause à effet, telle que la physique de Newton, l’étude de l’inconscient biologique lié à la biologie animale, la psychologie et la psychanalyse, etc.s C’est également l’ère des maîtres qui transmettent leur enseignement à leurs disciples avec une vision « verticale de l’univers. L’évolution se fait alors avec des modèles de référence et une différenciation claire entre Haut/Bas, Intérieur/Extérieur, Masculin/Féminin, et bien sûr entre le Bien et le Mal. 

Les astrologues ont nommé cette ère, l’ère du poisson correspondant à l’ère chrétienne. 

Depuis la fin du siècle dernier, nous entrons véritablement dans une nouvelle ère, l’ère quantique : l’ère de l’horizontalité et de l’écologie, sans référence à un modèle extérieur parce que chacun est « Unique, Original et Singulier ». 

La vision quantique nous propose de constater que la dualité n’est pas une réalité. 

En effet, selon cette vision, le temps et l’espace n’ont pas de réalité propre, ils n’ont de réalité que dans une relation.  De même que le chaud n’existe pas seul sans être en relation avec le froid et le positif n’a de réalité qu’en étant en relation avec le négatif. En d’autres termes, la vie n’est pas faite de deux plans séparés et opposés comme pourrait nous le laisser croire notre intellect.

De même, le Masculin et le Féminin appartiennent à une seule et même réalité.

Ce nouveau concept modifie fondamentalement nos repères habituels. C’est un véritable bouleversement social et intellectuel, une révolution de notre mode de pensée dans la mesure où, justement, plus rien n’est accessible par le mental logique et analytique, mais uniquement par la conscience. 

En Bioanalogie, nous savons que la biologie ou tout évènement extérieur qui nous touche expriment une créativité non révélée, c’est-à-dire qu’ils expriment ce que nous ne savons pas être et que nous avons à vivre en conscience

Si nous reprenons notre thème du jour, je trouve très intéressant qu’il y ait ainsi au niveau mondial une augmentation d’évènements liés à la banalisation – ou la réaction – face à l’homosexualité ainsi qu’au développement de la mode unisexe, instituant d’une certaine façon l’existence du genre neutre.

Cela traduit à mon sens une invitation à un changement de conscience et à l’intégration d’un nouveau paradigme de la réalisation de soi passant par l’intégration de la non-dualité démontrée par la physique quantique.

Comment cela se traduit-il dans la vie quotidienne ?

La première chose est bien sûr une modification de notre relation au masculin et au féminin.

En fait, nous ne sommes ni masculin ni féminin L’un comme l’autre n’ont aucune réalité propre en tant qu’identité. Ils ne sont que des caractéristiques différentielles.

Comme il n’y a pas de temps sans espace, il n’y a pas de masculin sans féminin et réciproquement. Nous ne sommes pas non plus, comme on l’a souvent affirmé, 50 % masculin, 50 % féminin : nous sommes 100 % masculin et 100 % féminin dans une seule et même réalité. 

Chacun de nous est un univers unique, une relation entre notre corps physique (espace) et l’origine de notre univers, c’est-à-dire le Big Bang (temps).

Cela implique pour chacun de se vivre en sortant de toute notion de complémentarité (idée de manque) ou d’une causalité venant d’un extérieur qui serait responsable de notre bonheur ou de notre malheur.

Lorsque nous interprétons le monde extérieur en bien ou en mal, nous sommes dans la réaction et non dans l’action, dans la dualité de la survie et non dans la vie. (Pour les bouddhistes, nous entretenons ainsi la roue du karma.)

L’ère quantique est l’ère de la conscience, elle nous propose d’expérimenter, ce qui signifie vivre la rencontre entre le temps (masculin) et l’espace (féminin). 

 Il s’agit de prendre la responsabilité (masculin) de s’accueillir tel que l’on est (féminin), ce qui signifie répondre à chaque instant à ce qui nous touche comme étant le révélateur de notre créativité, sans vouloir une autre réalité ou une autre histoire que celles que nous avons.

Ainsi, dans notre vie quotidienne, il nous appartient de vivre en permanence cette rencontre neutre au présent. Hors de toute notion de masculin ou de féminin, de bien ou de mal etc., dans la certitude que tout ce qui nous touche a du sens et est au service de la conscience.

En conclusion, nous sommes invités à vivre l’expérience en étant l’observateur de notre propre expérience. 

Ou encore à vivre la Présence sans objet : la Conscience est.

 

La chronique de la Loi du Principe

L’art de lire les signes de la vie par Jean-Philippe Brébion

Paru dans Néosanté, juin 2017, numéro 68

Autres articles : 

Pour en savoir plus

Vous désirez en savoir plus sur les livres de Jean-Philippe Brébion, les séminaires, l’École de Bioanalogie, les bioanalogistes, …  Cliquez sur l’onglet « Accueil » en haut de cette page. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *