Cataracte

Un guide gratuit pour décoder le sens caché de ces 35 évènements de la vie quotidienne et retrouver une paix intérieure

La cataracte comme vous ne l’avez jamais vue.

Venez découvrir sa symbolique dans cette vidéo.

Voici la transcription écrite de cette vidéo : 

Le Principe de la cataracte :

Et est-ce que vous avez fait l’expérience d’être derrière une cascade ? Grande cascade. Il existe certaines cascades où l’on peut aller derrière.

Question :

Mais tu ne vois rien ?

Tu ne vois rien, c’est ça.

Mais en même temps, c’est un milieu hyper protégé. C’est-à-dire que je ne vois rien, je vois un peu l’extérieur, mais je suis protégé, on ne voit pas vraiment, voilà.

En fait, la cataracte c’est une invitation à respecter sa vision du monde, même si la vision de l’extérieur est différente.

Les gens qui font des cataractes c’est parce qu’ils sont perturbés par l’évolution extérieure et ça remet en cause leur vision à eux et ils n’ont pas envie. Ils ont envie de rester dans leur vision.

Et j’ai le droit de garder ma vision. Dans la mesure où je ne cherche pas à opposer ma vision avec celle des autres. J’ai donc le droit de garder ma vision dans la mesure où je ne cherche pas à opposer ma vision avec celle des autres.

Le problème est que les personnes qui ont une cataracte c’est qu’ils opposent leur vision avec celle des autres. Vous comprenez ?

S’ils sont en paix dans

« Vous êtes en droit de voir les choses comme ça, moi ça me convient comme ça et c’est très bien ainsi».

S’ils sont en paix dans leur vision, il n’y a plus aucune raison de faire une cataracte. Et là, s’il doit y avoir une opération, tout peut très bien se passer. C’est tellement facile maintenant, l’opération de cataracte, vraiment ils ont une aisance pour faire ça maintenant. Les progrès de la chirurgie.

Question :

Mon mari a une cataracte, mais c’est normal au bout d’un certain temps dans la vie.

Donc, en quoi c’est intéressant ?

Ce serait pour lui de regarder en quoi il a le droit de garder sa vision sans se confronter à la vision des autres. Et le côté gauche c’est en termes de sécurité, de constat, de témoin, d’affectif. C’est comme s’il pensait que pour être aimé il faut s’adapter à la vision des autres.

Et comme il s’agit de ton mari, le mariage c’est l’alliance. Il n’y a de véritable alliance que dans la mesure où on ne cherche pas à modifier l’extérieur.

En quoi pour toi tu dois respecter ta vision sans aucune intention sur l’extérieur ? Sans aucune intention de vouloir modifier l’extérieur ?

C’est-à-dire que ta vision elle est quel que soit l’extérieur, elle n’a pas à être validée par l’extérieur. Voilà, on peut le dire comme ça pour toi, le fait que ton mari ait une cataracte.

Question :

Moi, je suis née avec une cataracte

Tout ce qui est congénital parle de quelque chose qui est dans l’emprunt, donc qui correspond au vécu des parents. Et si l’enfant naît avec cette pathologie, c’est le vécu des parents qui restitue l’histoire des grands-parents ou des arrière-grands-parents. Ça, c’est un premier point.

Ça parle d’une créativité qui n’est pas exprimée dans l’histoire familiale, comme toutes les pathologies congénitales.

Donc, à respecter sa vision à soi et surtout ne pas être dérangé par la vision des autres parce que les gens qui font une cataracte c’est qu’ils sont dérangés par le changement extérieur et ils se croient obligés ou de changer ou de lutter contre ce changement.

Et la vie leur dit :

« Mais, reste dans ton univers. Il n’y a pas nécessité ».

Ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que dans la vie il n’y a pas nécessité de tout expérimenter, il n’y a pas nécessité de tout faire, il n’y a pas nécessité de faire toutes les expériences qui nous sont proposées, tu vois.

Et ça, c’est très important. Donc, ça veut dire que déjà pour toi ça parle de ça. Mais respecte ton univers à toi. Tu n’es pas obligé de toucher à tout. Tu vois, ça, c’est très important.

Donc, on peut penser que dans le vécu de tes parents il y a quelque chose avec laquelle ils ont leur vision du monde, de leur univers et cet univers il faut qu’ils le justifient ou qu’ils le prouvent, ou ils sont en lutte avec ça, ou ils sont en conflit avec le changement qui est proposé, et eux, ils aimeraient rester dans cet univers-là.

Et on pourrait dire quelle est la créativité familiale qui n’a pas été exprimée, ça veut dire qu’il ne correspondait pas à l’environnement, mais qui n’a pas été exprimée parce que ce n’était pas conforme à … .

Si tu devais dire un mot sur ton histoire familiale, l’histoire de ta généalogie, tu résumerais avec quoi ?

Réponse :

Convention. Tradition.

Donc, ça veut dire que, si tu veux, le monde évolue, nous on veut rester dans la convention et toutes ces conventions sont chamboulées, et je ne suis pas en accord avec ça. Voilà !

Après tout, le monde change, mais moi j’ai envie de rester dans mon petit univers. Tout le monde est informatisé, mais moi l’ordinateur ça ne m’intéresse pas. Tu as le droit, mais tu ne peux pas être en conflit avec ça. Et ne peut pas dire non plus :

  • « Merde, je ne peux plus communiquer avec personne maintenant.
  • Il n’y a plus de courrier, il n’y a plus rien.
  • Ça ne marche plus.
  • Gna gna gna.
  • Parce que tout le monde… ».

Là, je serais en conflit.

Tu as le droit, mais tu en prends la responsabilité dans le sens que oui, c’est sûr que si tu n’as pas d’ordinateur maintenant, avec l’histoire des postes, des téléphones … Si tu n’as pas ton téléphone les cabines téléphoniques il n’y en a plus. Non, mais il y a mille choses comme ça. Tu as le droit de ne pas prendre le téléphone, mais prends-en la responsabilité.

Ce n’est pas l’obligation de s’enfermer dans quelque chose. Mais tu as le droit de rester dans ton monde à toi, mais sans vouloir changer le monde extérieur.

Tout est possible dans la mesure où on ne cherche pas à modifier le monde extérieur. Et c’est ça la grosse chose. C’est pour ça qu’avec la cataracte : « je reste dans ma vision sans m’occuper du monde extérieur ».

C’est bien l’invitation de la biologie : de se respecter dans sa vision du monde.

Mais, une fois de plus, je le redis, je veux dire que l’important c’est de respecter sa vérité dans la mesure où cette vérité ne cherche pas à modifier l’extérieur.

Et la cataracte est vraiment l’expression biologique de la séparation entre le monde extérieur et le monde intérieur. Je reste dans mon univers. Je sors du jugement puisque je ne peux plus voir l’extérieur. Quand je suis derrière ma cascade, je suis bien, mais je ne peux pas juger ce que font les autres, je ne vois pas. Donc, je sors du jugement sur l’extérieur.

Donc, c’est aussi l’invitation à sortir du jugement sur l’extérieur.

Découvrez d’autres vidéos sur les maladies et leurs significations en cliquant sur l’un des liens ci-dessous :

Système hormonal

Système de reproduction

Système urinaire

Système respiratoire

La vision

L’Audition

La peau

Pour en savoir plus

Vous désirez en savoir plus sur les livres de Jean-Philippe Brébion, les séminaires, l’École de Bioanalogie, les bioanalogistes, … Cliquez ici.

2 réflexions sur “Cataracte

  1. Merci Jean-Philippe pour ces explications toujours aussi claires et cohérentes. Sinon, moi, j’ai un ptérygion à l’oeil droit, c’est une petite masse graisseuse qui peut être plus ou moins gênante. D’après wikipédia, c’est « une excroissance de tissu sur la fenêtre cristalline de l’œil. Il est étroitement lié à l’exposition au soleil ».
    Est-ce que là aussi j’ai du mal à respecter ma vision du monde et à ne pas l’opposer? J’ai le sentiment que bien des fois, je n’arrive encore pas à simplement dire ma vision du monde lorsqu’elle est différente, tu vois ce que je veux dire? parce que j’ai peur d’opposer ma vision à celle des autres…du mal à m’affirmer quoi. Est-ce que c’est ça?

    • Il n’est pas possible pour Jean-Philippe de faire de telle consultation par écrit sur le site. Mais je trouve que vous avez de très belles pistes de réflexion. Et oui, il faut oser être soi. Et ca, il y a que vous pour oser être vous. Vous avez la réponse devant vous, vous la nommez, vous le savez. Oser être soi. Et votre vérité, on n’a pas à vouloir être rassuré ou convaincre l’autre, on ne peut que la partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *