Vocation et créativité

Un guide gratuit pour décoder le sens caché de ces 35 évènements de la vie quotidienne et retrouver une paix intérieure

Quelle est ma vocation ? Où est ma créativité ? Est-ce que j’ai un « don » particulier ?


J’ai maintes fois entendu ces questionnements lors de séminaires. En effet, nombre de personnes cherchent un signe qui les mettrait sur le « bon chemin » afin de donner un sens à leur existence.


Etymologiquement, le mot vocation vient du latin vocare qui signifie appeler. Il s’agit donc de répondre à un appel. Dans le sens ecclésiastique, le plus courant, il s’agit de répondre à l’appel de Dieu. Mais ce n’est pas notre propos, ici. Reprenons donc ce mot avec l’approche de la Bioanalogie.


La Bioanalogie considère que chaque élément de notre vie, chaque phrase que nous disons contient la totalité de notre histoire. Ainsi chaque instant – ou chaque mot – devient l’expression d’une voix intérieure qui peut éclairer notre voie.1


Pour comprendre, reprenons une des bases essentielles du concept bioanalogique :


Toute la vie est analogique avec la cause de toutes les causes qui, dans le représenté de notre univers, est le Big Bang, une rencontre entre le temps et l’espace : trois éléments ni reliés ni séparés et appartenant à une seule et même réalité.


Cette analogie se traduit, entre autres, par le fait que nous ne savons pas faire autrement que de lire la vie sur ces trois plans : Quand, comment et où ?


Par exemple, si je raconte une histoire en disant seulement « 19 h 30 », cela ne suffit pas, je dois y ajouter un lieu. Mais pour que l‘histoire existe vraiment, il faut aussi qu’il y ait une action. Et chaque élément n’existe que dans la présence des deux autres.


Prenons maintenant un courant d’air : nous savons qu’il s‘agit d’un mouvement entre de l’air chaud » et de l’air froid. Mais est-ce que le« chaud » existe seul ? Et le froid ? Le courant d’air existe-t-il à lui tout seul sans chaud ni froid ?


En fait, le courant d’air n’a aucune existence propre sans le chaud et le froid : c’est une relation entre deux éléments qui n’ont aucune identité/ existence propre. Tout comme les mots père /mère / enfant ; négatif/ positif / neutre ou encore haut/ bas/ milieu. De même, chacun de nous est une rencontre. De fait, sans connaître les personnes qui sont en face de nous, nous pouvons être certains à 100% qu’elles ont toutes eu un père et une mère biologiques.


Tout ceci peut sembler très simpliste, et pourtant c’est une évidence !


Et nous sommes construits sur cette Loi.


Ce qui nous conduit à d’autres questions : Est-ce qu’il y a « moi » et l’univers ? Est-ce que « moi » peut exister sans l’extérieur ? Est-ce que l’extérieur existe sans « moi « ?


En fonctionnant dans la dualité, je sépare le monde extérieur et moi. C’est-à-dire que « je me sors » de cette relation, donc je m’identifie2 /« Moi ».


Dans le livre de l’Empreinte de naissance, je propose une petite expérience :


« Je plonge ma main dans l’eau d’un bassin et lorsque je la ressors, une goutte d’eau se forme, glisse le long de mes doigts puis retombe dans l’eau. Cette goutte d’eau a eu un début d’existence sous forme de goutte et une fin d’existence, en tant que goutte, au moment où elle rejoint l’eau du bassin, mais la totalité de la vie est toujours là. Rien n’est changé… »


Alors pourquoi s’identifier à la goutte ?


En m’identifiant, je m’installe dans une illusion d’un monde extérieur auquel je vais donner une valeur positive ou négative. Je ne suis plus dans l’expérimentation, je « perds la voix » qui se révèle dans l’expérimentation de l’être unique que je suis et je me coupe de la créativité.


Il s’agit donc de réaliser qu’il n’y a qu’une relation entre les deux éléments – l’extérieur et « moi » – et que ces éléments n’ont aucune réalité propre.


En tant que « moi », je suis une relation entre ma conception / incarnation / forme (espace) et le Big Bang qui est, dans notre représenté à l’origine de toute les lois de notre univers (temps).


Et si je supprime un seul des éléments entre le Big Bang et « moi », je n’existe pas. Ainsi Il n’y a qu’un seul et unique univers : Nous-même.


Nous sommes une relation unique, qui n’a jamais existé dans l’univers et qui n’existera jamais dans le même temps, le même lieu avec les mêmes paramètres.


Nous sommes donc l’expérimentation de cet univers unique qui n’a aucune référence, aucune comparaison, aucune valeur extérieure. Il n’a aucun équivalent, puisqu’il n’y a rien d’autre que notre univers.


Et « l’autre » que nous considérons extérieur à nous n’est que Nous-même puisqu’il appartient à cette relation.


Chacun de nous est « Unique, Original et Singulier ». (Unique, il n’y en a pas deux ; Original, c’est la première fois et Singulier, qui n’est pas reproductible.)


Ce qui nous mène à la nouvelle évidence que « se comparer », « chercher une validation » ou « vouloir suivre un chemin » n’a absolument aucun sens.


Notre vocation n’est pas de nous diriger vers quelque chose de déjà existant mais une expérimentation permanente ayant pour seule référence que ce qui nous laisse en paix.


Notre vocation est d’expérimenter cet univers unique en vivant cette expérimentation comme un instant accompli sans attente, sans obligation de résultat et sans direction particulière.


Enfin, toute volonté de vouloir une autre réalité que celle que nous vivons est une illusion : la réalité est l’idéal, elle seule est expérimentation de l’instant présent.


C’est un souffle permanent, une voix qui nous révèle.


Nous sommes ce souffle, c’est la seule voix à écouter et nous en avons la responsabilité.


Notre vocation est de découvrir la voix qui se révèle en nous, notre créativité est de la vivre.

1Lors de l’atelier « Vocation et Créativité » je propose aux personnes présentes d’expérimenter le fait que quelques mots prononcés au hasard de leur spontanéité contiennent leur vocation fondamentale et l’expression de leur créativité.
2Voir l’article dans le numéro 74 de Néosanté La Vie est non identification …en Principe !

La chronique de la Loi du Principe

L’art de lire les signes de la vie par Jean-Philippe Brébion

Paru dans Néosanté, mai 2018, numéro 78

Autres articles : 

Pour en savoir plus

Vous désirez en savoir plus sur les livres de Jean-Philippe Brébion, les séminaires, l’École de Bioanalogie, les bioanalogistes, …  Cliquez ici

7 réflexions sur “Vocation et créativité

  1. Tout cela est trop abstrait, cela me paraît être de l’abstraction pure. J’avoue, je ne comprends pas ce langage. Et je me pose une question : la bioanalogie a-t-elle pour but de faire de nous de parfaits contemplatifs ? De plus, le simple fait de s’intéresser à la bioanalogie, n’est ce pas déjà vouloir une autre réalité ?
    Petit détail qui peut avoir son importance : le Big bang n’est pas à l’origine de toutes les lois de l’univers, c’est le code cosmique qui lui est précurseur, qui existe forcément AVANT le Big bang..

      • Je sens comme un soupçon de condescendance dans cette réponse.. pour moi, cela s’appelle botter en touche.. Ou bien ne serait-ce que le fruit de mon ressenti ? C’est vrai, je ne fais pas partie des « initiés »..

        • De ma part, il n’y a aucune condescendance dans ce que j’ai écrit. C’est un fait que c’est souvent très abstrait ce que Jean-Philippe écrit, c’est pas toujours évident à comprendre. Je suis d’accord avec vous. C’est pas une interprétation, c’est un fait. Même en séminaire, il m’arrive souvent de « vulgariser » les notions qu’il partage. Et c’est aussi un fait que je pense faire un livre pour vulgariser cette philosophie, pour l’instant, ce livre n’existe pas encore mais c’est un projet qui trotte dans ma tête. Donc je ne sais pas comment vous dire que je suis d’accord avec vous que c’est abstrait. Il n’y avait aucune arrière idée, c’est un fait ! En séminaire, c’est plus facile d’expliquer les concepts de vive voix mais par écrit, c’est plus compliqué.

  2. c’est toujours, un grand plaisir de recevoir vos écrits, qui valident mes réflexions, ce que je pense toucher du bout des doigts …
    Mais n’arrive pas à synthétiser, verbaliser !
    Jean- Philippe reçoit il encore en consultation ?
    Merci, pour votre réponse.
    Béatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *